Honneur

Lise Gauvin

 

 

 

Prix Jacques St-Pierre 2021

 

 

Grand Prix de la francophonie 2020

L’Académie française lui remet son «Grand prix de la francophonie 2020»

La Grande Médaille de la Francophonie (Médaille de vermeil) a été décernée en novembre 2020 à l’écrivaine et critique Lise Gauvin pour l’ensemble de son œuvre

 

Accordée au titre de Grand Prix de la Francophonie, la Grande Médaille de la Francophonie couronne « l’œuvre d’une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l’échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l’illustration de la langue française ». Rappelons que les professeurs Martial Bourassa, Hubert Reeves, François Ricard, Jean-Claude Corbeil et Michel Tremblay ont respectivement remporté ce prix en 1986, 1989, 2001, 2010 et 2018.

Professeure émérite au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal, écrivaine et critique littéraire, Lise Gauvin a récolté plusieurs prix et honneurs au cours de sa carrière, dont celui d’être nommée Officière de l’Ordre national du Québec en 2015, et d’avoir reçu le prix Georges-Émile-Lapalme, en 2018. Collaboratrice au Devoir pendant plus d’une vingtaine d’années, elle a réuni ses chroniques « Lettres francophones » dans une publication intitulée «D’un monde l’autre. Tracées des littératures francophones» (Mémoire d’encrier, 2013).

L’APRUM félicite la récipiendaire du prestigieux prix de l’Académie française et se réjouit de la reconnaissance reçue pour la contribution exceptionnelle de cette professeure retraitée de l’Université de Montréal à notre culture et à notre société.

 


 


 

Prix  Georges-Émile-Lapalme 2018

Qualité et rayonnement de la langue française

en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle à la qualité et au rayonnement de la langue française.

 


 

Lise Gauvin reçue officière de
l’Ordre national du Québec 2015

Le 15 juin dernier le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a conféré à notre collègue Lise , professeure émérite du département des littératures de langue française le titre d’officière de l’Ordre national du Québec. Voici l’hommage qu’il lui a rendu en cette occasion.

«Spécialiste des rapports entre langue et littérature, Lise Gauvin s’est révélée, au cours des années, une figure incontournable de l’analyse de la littérature québécoise. Mettant en perspective la situation des écrivains et écrivaines du Québec avec celle des auteurs et auteures d’autres aires francophones, elle a peint une immense fresque sur l’acte d’écrire en français, tel qu’il s’inscrit dans les sphères littéraire, culturelle et politique. Ses publications, qui portent sur la littérature québécoise ainsi que sur les autres littératures francophones (acadienne, antillaise, belge, maghrébine, etc.), sont d’orientation très est d’ailleurs l'une des rares critiques à embrasser l'ensemble de la Francophonie. En plus de ses essais, elle a publié des nouvelles et des récits avec succès.»


 

Prix André-Laurendeau 2007


Le Prix André-Laurendeau 2007 est exceptionnellement un ex aequo. Il a été remis à François-Marc Gagnon, professeur titulaire à la Faculté des beaux-arts de l'Université Concordia et anciennement à l'Université de Montréal et à Lise Gauvin, professeure émérite au Département des littératures de langue française de l'Université de Montréal. 

La chercheure Lise Gauvin a remporté un prix au gala de remise des prix de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS), qui s'est tenu le 11 octobre 2007. Le prix André-Laurendeau, en sciences humaines, a été attribué à Lise Gauvin , professeure émérite du Département des littératures de langue française. 

Mme Gauvin est spécialiste des littératures francophones contemporaines et a largement contribué à faire connaître la littérature québécoise dans le monde. Au fil de ses travaux, elle a introduit des concepts et élaboré de nouvelles approches structurant la réflexion dans le domaine littéraire. En 2005, l'ouvrage Vocabulaire des études francophones: les concepts de base, collectif qu'elle a codirigé, a été qualifié d'outil indispensable pour qui s'intéresse aux littératures de langue française. Mme Gauvin a également étudié plusieurs œuvres, dont celle de Jean Giroudoux. Et elle fait elle-même aujourd'hui l'objet de nombreuses études.

 

 

 

Professeur émérite 2006


Titulaire d'un doctorat de l'Université Paris-Sorbonne, Lise Gauvin est professeure au Département des littératures de langue française dont elle a été la directrice de 1999 à 2003. Spécialiste des littératures francophones contemporaines, elle mène depuis 30 ans une réflexion originale sur la production des écrivains de la francophonie. Elle a largement contribué à faire connaître la littérature québécoise dans le monde et à inscrire dans l'espace littéraire francophone les œuvres de nombreux auteurs haïtiens et maghrébins. Elle a également collaboré à l'édition critique des œuvres de Jean Giraudoux dans la prestigieuse collection de la Péiade, aux Éditions Gallimard.

Son intérêt pour le plurilinguisme et l'imaginaire linguistique a porté à Lise Gauvin à s'intéresser aux enjeux cruciaux du rapport des écrivains à la langue. Après L'écrivain francophone à la croisée des langues et Langagement : l'écrivain et la langue au Québec, elle publie, en 2004, La fabrique de la langue : de François Rabelais à Réjean Ducharme, une véritable somme qui dresse un « historique lumineux » ( Le Monde ) des recherches sur les problématiques de la fiction et de la langue. L'ouvrage a été salué par la critique au Québec et en France et a été un succès de librairie, en plus de valoir à son auteure une mention spéciale du Grand Prix de la critique décerné par le PEN Club de France.

Lise Gauvin a participé à d'innombrables colloques à titre de conférencière ou d'organisatrice. Elle a été professeure invitée dans des universités canadiennes et européennes à pas moins de 14 reprises. Membre de la Société royale du Canada, de l'Académie des lettres du Québec et de l'Ordre des francophones d'Amérique, elle a remporté plusieurs prix, dont le prix France-Québec, et a été nommée chevalier de l'Ordre des palmes académiques. Outre sa contribution à la recherche littéraire, elle a dirigé la revue Études françaises et publié des essais et des œuvres de fiction, dont Lettres d'une autre, Fugitives et Arrêt sur images. Elle signe la chronique consacrée aux littératures francophones dans les pages du quotidien Le Devoir et ses interventions radiophoniques l'ont imposée comme une figure incontournable de la vie culturelle québécoise.


 

 

 

Membre de la Société royale du Canada 2000

 

 

Design. JLV